“Je n’ai jamais ri si fort et si longtemps.  Chaque  comédien  nous a tout donné.  C’est merveilleux de voir des gens donner leur temps pour une si bonne cause.  Le Centre de L’espoir, c’est la vie est vraiment un lieu particulier, unique en son genre qui nous fait nous sentir bienvenus : il apporte tant à l’humanité.”  -Giovanna

“Le rire a été un élément particulièrement important de ma guérison. Ce spectacle était un vrai régal; j’avais l’impression d’être une enfant de 5 ans à Noël.” -Corie-Jay

En général, les ‘’stand-up comics’’ sont cyniques. C’est pourquoi cela représente beaucoup quand quelques-uns des plus grand noms du domaine acceptent de se produire au beau milieu d’une journée devant un public de patients touchés par le cancer, dans le passé ou aujourd’hui. Cela en dit encore plus quand eux-mêmes expriment leur gratitude pour cette occasion que nous leur donnons d’offrir gracieusement leur talent à une assistance qui a vraiment besoin de rire.

Le 27 juillet, les humoristes Ryan Hamilton, Godfrey, Vlad Caamano, Gina Yashere and Jimmy Carr se sont produits devant une salle comble du Centre de bien-être de L’espoir, c’est la vie pour le cancer.

“Il y a tant à gagner quand on donne un spectacle pareil,” a déclaré Godfrey, comédien fort divertissant et doué d’une énergie communicative. “ Ce qui est remarquable chez ces spectateurs, c’est qu’ils sont ouverts à tout et en profitent à fond.” Originaire de Chicago, Godfrey a raconté que quand sa mère subissait ses traitements contre le cancer, elle l’appelait souvent pour qu’il la fasse rire; c’était la meilleure thérapie qu’elle pouvait désirer.

Humour britannique à son meilleur, tel est le don de Jimmy Carr, maitre incontesté du jeu de mots et des répliques à l’emporte-pièce; il s’est lancé avec clin d’œil malicieux dans des histoires de cancer, sachant pertinemment que le public le suivrait. Il a ouvert son numéro avec un ’’Nous ferions bien d’en finir avec. Nous n’avons pas beaucoup de temps. [Un temps d’arrêt] Eh bien, moi, j’en ai.” Et, plus loin,“ Mourir ici m’inquiète un peu, mais, étant donné le contexte, au fond, ce n’est pas plus mauvais que ça.”

Le numéro de Vlad Caamano portait sur ce que c’est de grandir dans le Bronx quand on est fils d’immigrants hispanophones; le natif d’Idaho, Ryan Hamilton, lui, a déchaîné une hilarité indescriptible en racontant un rendez-vous dans un ballon d’air chaud; tous deux étaient d’accord pour dire combien c’était gratifiant de jouer devant assistance si réceptive.

“Personne ne me dit jamais non. Tous les humoristes qui l’ont fait ont été profondément émus par l’expérience,” a commenté Jodi Lieberman, productrice du spectacle avec ses associées Zoe Friedman and Amber J. Lawson, sous les auspices de leur compagnie, Comedy Gives Back, en collaboration avec Juste pour rire. En fait, pour Jimmy Carr, c’était sa troisième apparition au Centre de bien-être, alors que la londonienne Gina Yashere nous revenait pour la 2e fois avec des imitations de sa mère nigériane qui ont déclenché des rires incontrôlables.

Installée en ce moment à New York, la Montréalaise Jodi a travaillé auparavant comme directrice de programmes pendant 10 ans pour Just for Laughs. « Nous avons créé Comedy Gives Back pour aider les gens à guérir par le rire. Grâce à ce spectacle à L’espoir, c’est la vie, notre but est d’aider à remonter le moral des patients atteints de cancer et, par la même occasion, de sensibiliser à l’action de ce merveilleux organisme dans ma ville natale” a-t-elle expliqué. Et son associée Zoe d’ajouter : “De tous les événements que nous organisons, celui-ci est mon préféré. C’est une expérience qui transforme aussi bien le public que les humoristes.”

Après le spectacle, les comédiens ont gracieusement signé des autographes et ont posé avec les membres de l’assistance pour des “selfies”. Fort à propos, c’est Jimmy Carr qui a eu le dernier mot: “Le rire est le plus court chemin entre deux personnes.”