Par Suzanne Asselin

Tous les moyens sont bons pour faire face à un diagnostic de cancer et aux traitements qui s’ensuivent. Le Centre de bien-être L’espoir, c’est la vie offre un peu de répit aux personnes atteintes de cancer, grâce à de nombreuses activités mensuelles comme la fabrication de bijoux.

Dès que l’on pose le pied dans la salle d’art, on croise le regard souriant, doux et sympathique de l’artisane Eliane Telio, qui en a eu l’idée. Autour d’elle, quelques femmes s’affairent, telles des abeilles, à créer bracelets et colliers avec des milliers de perles et de pierres multiformes et multicolores, dons de généreux bienfaiteurs. Comme les perles filent souvent entre leurs doigts pour se retrouver par terre, Eliane a donc baptisé le groupe les « Rolling stones ». On rit de bon cœur et c’est devenu une boutade!

Des mots fusent ça et là, les yeux s’éblouissent à la vue des couleurs, des formes, des textures d’où naissent des bijoux tous aussi jolis les uns que les autres. La belle camaraderie qui unit ces femmes contribue sans nul doute à leur réhabilitation et au grand succès de cet atelier.

Avant de proposer cette activité, Eliane Telio était bénévole à l’Hôpital Juif pendant près de 10 ans. De l’écoute, elle en a fait à profusion auprès des patients qui attendaient de voir l’oncologue, le radiologiste et autres spécialistes. « Beaucoup de gens vivent seuls au cours des traitements. Ils ont seulement besoin qu’on les écoute, les rassure et qu’on leur donne un peu d’espoir. » Comme elle créait des bijoux à titre d’artiste, Eliane a eu l’idée d’en faire profiter des personnes atteintes de cancer. Histoire de faire oublier, l’espace de quelques heures, les moments souvent stressants des tests, des traitements et les multiples désagréments causés par les assauts de cette maladie.

Hernick, une participante de longue date, échange quelques conseils avec Tegualda, pour qui c’est tout nouveau. À les voir s’émouvoir devant ces rivières de pierres qu’elles enfilent sur le fil de métal en tire-bouchon que leur remet Eliane, on sent qu’elles apprécient beaucoup cet atelier. La blonde dite Maria (elle veut garder son anonymat) avoue qu’elle était dépassée dans les premiers temps de sa maladie. « Comme j’étais seule et en arrêt de travail, je ne savais pas comment m’en sortir. Alors je venais au Centre cinq fois par semaine. » Une vraie bouée de sauvetage! Ici, elle a pu changer son état d’esprit, se faire des amies, développer sa créativité et enfin décompresser.

Ces bijoux, elles ne les garderont pas tous. Les « Rolling stones » les offriront au centre de ressources de L’espoir, c’est la vie à l’hôpital. On en fera aussi des dons à l’occasion des nombreuses fêtes et événements qui ont lieu en cours d’année.

Avec sa collègue Sophie, une aidante naturelle qui accompagne aussi ces patientes dans leur démarche créative, la passion d’Eliane pour cette thérapie par l’art ne semble pas près de s’essouffler. Et le nombre de participantes emballées par cette activité pour le moins thérapeutique non plus!