Earl Pinchuk et Gary Blair, fondateurs de la Fondation de l’art pour la guérison ont installé au Centre de bien-être une magnifique collection d’oeuvres d’art, mettant en vedette des artistes québécois reconnus pour coïncider avec le 10e anniversaire du Centre. Ce projet est dédié à la mémoire de la mère d’Earl,  donatrice généreuse et loyale à L’espoir, c’est la vie, qui est décédée au mois d’août 2016.

L’Installation a eu lieu pendant plusieurs jours à la fin du mois de juin 2017 et Earl et Gary étaient emballés des résultats.  «L’esprit de ma mère vit à l’intérieur des murs de cette maison»  a déclaré Earl. Gary a ajouté : «Le Centre de bien-être est un endroit si beau, permettant  à l’art de vivre, de respirer et d’être apprécié par tellement de personnes atteintes de cancer».

Earl  et Gary sont des collectionneurs d’art enthousiastes  qui croient passionnément à  l’impact positif qu’a l’art  sur la guérison. Grâce à  leur Fondation , L’art pour la guérison,  organisme à but non lucratif fondé en 2002, ils transforment des murs ternes et vides, souvent caractéristiques des hôpitaux et des autres établissements de santé, en des aires de beauté et d’inspiration.

Comme beaucoup d’idées géniales, la Fondation de l’art pour la guérison est le résultat d’une combinaison d’expérience personnelle, d’un peu de chance et de beaucoup de persévérance. En 2001, Earl a pris une année sabbatique hors de l’entreprise familiale, afin de suivre sa passion et d’explorer la possibilité d’ouvrir une galerie d’art. En même temps, Gary et lui rendaient visite à un ami proche, pratiquant les arts visuels, qui était hospitalisé à l’Hôpital Royal Victoria en raison d’une maladie grave. Bien que très attristés par le décès de leur ami, ils étaient particulièrement bouleversés par le fait qu’il a dû passer ses derniers jours, couché dans une chambre d’hôpital, fixant un mur vide devant lui.

Earl explique que c’est à ce moment-là qu’il a eu un «flash». Il précise qu’il s’est rendu compte que «Montréal n’avait pas besoin d’une autre galerie d’art. Montréal avait plutôt besoin d’une fondation pour amener toutes œuvres d’ art invendues et inutilisées dans l’environnement des établissements des soins de santé».  La fête pour son anniversaire de 40 ans a fourni l’occasion idéale pour lancer cette  idée : Earl et Gary ont ramassé 8000$ lors de cette soirée. Les fonds ont été mis de côté pendant qu’ils   réglaient la logistique complexe derrière la création d’une fondation durable et viable financièrement.

Leur première réalisation, l’installation de trois œuvres dans l’unité d’hématologie nouvellement rénovée de l’Hôpital de Montréal pour enfants, a remporté un succès retentissant, et avec la bouche à oreille ainsi qu’une couverture médiatique favorable, leur organisation s’est rapidement développée au fil du temps. En effet, Earl relate, non sans fierté, que depuis sa création, la Fondation de l’art pour la guérison a installé plus de 10,500 œuvres d’art dans 76 institutions au Québec, en Ontario, à Terre Neuve et Labrador, au Manitoba, en Colombie Britannique, en Nouvelle- Écosse et à Paris, en France.

L’art a toujours constitué une partie importante du Centre de bien-être de l’Espoir, c’est la vie. «Nous avons été bénis depuis le début», observe Marcelle Kecman, la coordonnatrice du Centre. «Lorsque le Centre s’est ouvert il y a 10 ans, nous avons reçu de superbes œuvres d’art, généreusement données par des artistes basés à Montréal et par le Conseil d’Administration de l’ex- Gilda’s Club.»

Le vernissage officiel de la nouvelle collection a eu lieu le 14 septembre 2017,  en présence des donateurs, des membres des Conseils d’Administration de la Fondation de l’art pour la guérison et L’espoir, c’est la vie ainsi que des amis et de la famille de feue Miriam Pinchuk. Parmi les artistes présents mentionnons Rita Briansky, Mel Boyaner, Nycol Beaulieu, Burt Covit, Jackie Cytrynbaum, Marilyn Gelfand, Michel Piquette, Bernard Rajotte et Sue Rusk qui est également monitrice de yoga bénévole au Centre de bien-être.

En fin de compte, la motivation d’Earl et de  Gary réside dans  leur croyance que tous méritent d’être stimulés par leur environnement. «C’est tellement  gratifiant de partager notre passion pour l’art et d’apporter beauté et  joie dans la vie des gens quand ils en ont tellement besoin», ont-ils conclu.