Bernie Fersten's turbans

Quand une bénévole de L’espoir, c’est la vie a porté un échantillon d’un magnifique turban à Bernie Fersten, directeur-propriétaire de la manufacture de chapeaux qui porte son nom, et qu’elle lui a demandé s’il pouvait lui trouver un fournisseur, M. Fersten a relevé le défi de tout son coeur. Il ne se doutait pas que ceci inaugurerait une longue relation avec L’espoir, c’est la vie, qui s’étendrait sur trois décennies et qui se poursuit encore jusqu’à aujourd’hui..

Plutôt que de chercher un fournisseur, M. Fersten a décidé de confectionner les turbans lui-même. Il a démonté l’échantillon, en a copié le patron, s’est servi d’un tissu qui se trouvait dans son inventaire et nous a fait don des turbans ainsi achevés. “ Les dames en ont été fort satisfaites et pour moi, ça a été une grande satisfaction d’aider la collectivité en lui rendant service,” se rappellle M. Fersten.

Depuis, chaque année sans manquer, M. Fersten a fourni L’espoir, c’est la vie en élégants turbans, de couleurs et de modèles les plus à la mode. Au fur et à mesure que la demande augmentait, le nombre de turbans augmentait dans les mêmes proportions. Rien que l’année dernière, M. Fersten a fait don de 4 000 turbans, valant au détail 30 $ l’un. Même après avoir pris sa retraite, il a insisté pour continuer à s’occuper personnellement de la logistique, choisissant les tissus et s’assurant qu’ils sont coupés cousus, montés et livrés selon ses instructions précises, tout cela sans que cela ne nous coûte un sou, allant même jusqu’à financer le projet quand c’était nécessaire. “Je ne peux pas imaginer le trauma-tisme causé par la perte des cheveux, mais je trouve fort gratifiant de savoir que ces turbans aident les femmes à retrouver leur estime d’elles-mêmes,” déclare M. Fersten.

Faire le bien, rendre à la communauté est un trait de famille chez les Fersten. La sœur de M.Fersten, Miriam Klein, bienfaitrice de L’espoir, c’est la vie, se consacre à des collectes de fonds depuis longtemps. Tous deux sont à la fois des admirateurs et des amis de notre fondatrice Sheila Kussner. “Tant et aussi longtemps que j’en serai capable, je serai heureux de contribuer,” conclut M. Fersten.